Aguazul Papaya
Champions League Phase de poule

Du mieux, mais...

02 oct. 2018 par Gwench

Semaine chargée pour les clubs simlandais, signe du retour des compétitions européennes. Les Aguazul Papaya ouvraient le bal pour cette deuxième journée de la phase de poules, contre le Paris Saint-Germain FC (de son nom entier). Nous les avions quittés balayés par le Real Madrid. Est-ce que les joueurs papaïottes s'en sont mieux sortis, à domicile, dans un Estadio Libertad plein à craquer et en fête ?

 

L'entame de match ne fut pas du tout facile pour les Iguanes. Le quatuor offensif du PSG fut rapidement mis en action. Di Maria, Cavani, Mbappé et Neymar ont fait facilement tourner le ballon aux avant-postes, cherchant l'attaque placée. Pendant presque une demi-heure, les Aguazul Papaya furent obligés de laisser le ballon aux Parisiens. Heureusement, la défense tenait bon, mais commençait à se fissurer. Et le coup fatal est arrivé par l'Argentin Angel Di Maria, superbement lancé dans la profondeur par Marco Verratti (27e). Un face-à-face bien négocié et l'ouverture du score pour le PSG. Frustrant pour les Iguanes car ils n'ont pas été tellement dépassés que cela, comparé à leur match contre le Real. Mais la Champions League, c'est le réalisme froid puissance 100. Le PSG délaissa le jeu, et les Iguanes purent remettre le pied sur le ballon pour courir après le score. Nitroglicerin faillit trouver Woods sur une combinaison avec Boselli, mais Buffon sortit en avance pour venir bloquer la frappe de Woods (32e). Sur corner, quelques minutes plus tard, c'est Kanté qui manqua de peu le cadre parisien sur une frappe à l'entrée de la surface (37e). Par la suite, les débats s'équilibrèrent mais rien ne bougea jusqu'à la pause.

 

En seconde période, les Aguazul revinrent avec de bien meilleures intentions. Pendant 10 minutes, ils pressèrent comme il se doit lors d'un match de C1. apides, incisifs, les Papaïottes furent proches de trouver le chemin de l'égalisation. Mais bon, une fois que vous avez passé Verratti, Rabiot, Thiago Silva et Kimpembé, il vous reste encore Gianluigi Buffon... L'opposition simlandaise du dimanche est pas mal, mais là, c'est clairement un autre niveau qui ne pardonne pas l'imprécision devant les buts. Frustrés par leur bonne période mais sans but, ils finirent par se faire piéger en contre-attaque. Le PSG joua la profondeur pour trouver la vitesse de Mbappé qui fila vers le but. Neville et Klose ne purent suivre la cose du prodige français qui la joua très collectif puisqu'il fit une passe en retrait pour Verratti qui avait suivi. Plat du pied dans un but vide, car Vaclik s'était déporté vers Mbappé, un but facile pour le petit milieu italien (56e). On pensait que les Papaïottes allaient sombrer mais ils réussirent là où ils avaient échoué auparavant. Sur le coup d'envoi, ils récupérèrent un corner sur une frappe détournée de Woods. Dans la foulée, le corner frappé par Nitroglicerin trouva la tête de ce même Boselli qui réduisit immédiatement la marque (57e), redonnant de l'espoir à tout un stade qui venait de prendre un gros coup sur la tête. Les Aguazul reprirent le jeu à leur compte face à un PSG un petit peu déséquilibré par les changements qui se firent ensuite. Mais la charnière centrale parisienne ne lâcha rien. Et les vagues verte-et-rouge déferlèrent pendant un quart d'heure sans autre résultat que de finir dans les mains de Buffon ou dégagées par les défenseurs du PSG.

 

Les Aguazul Papaya auront montré un beau visage ce soir, mais, malheureusement, ils s'inclinent pour la seconde fois de la compétition. Cela compromet fortement leurs chances de qualification, à moins qu'ils ne se relancent lors de la double confrontation à venir contre les Anglais de Tottenham.

 

CLASSEMENT

1- PARIS-SG : 2 victoires, différence +2, 6 points

2- Réal Madrid : 1 victoire, 1 nul, +4, 4 pts

3- Tottenham : 1 nul, 1 défaite, -1, 1 pt

4- Aguazul Papaya : 2 défaites, -5, 0 pt


Tous les articles +